Le mardi à 18h05 sur 103.5

Le mardi à 18h05 sur 103.5

vendredi 21 décembre 2012

Comment l’écrivain Alain Galan est devenu un loup-garou



En 2010, les éditions Gallimard ont publié un récit court, dense, puissant, poétique et bouleversant de l’écrivain corrézien Alain Galan. Commençons d’abord par dire qu’il est tout à fait légitime qu’il soit enfin publié par cette prestigieuse Maison, à la suite, par exemple, de son aîné Pierre Bergounioux. La première remarque que je me suis faite, en fermant cet ouvrage, le jour déclinant en ce mois d’août sur la plage de Gâvres – pays de loups de mer –, dans le Morbihan, où je le lisais, c’est que s’il est des mots de la langue française habités pour l’éternité par la littérature et la poésie grâce à l’usage qu’en a fait un auteur (la madeleine de Proust, les Alcools d’Apollinaire…), alors Alain Galan sera celui de la louvière, qui ne figure même pas dans les pages de mon Petit Robert. Son talent et sa réflexion, suscités par une horrible douleur et une mue forcée, l’ont fait malgré lui archéologue sémioticien, explorateur d’un seul mot, finalement trouvé pour dire une souffrance et utilisé pour dépasser une modification irréversible du visage.
            « La mâchoire dévorée par une tumeur résistant à la radiothérapie – elle s’était développée à l’apex de la canine, le croc inférieur chez le loup –, le narrateur doit se résoudre à subir une « mandibulectomie sub-totale, antérieure et latérale », nous prévient la quatrième de couverture. Derrière cette terminologie chirurgicale euphémisante se cache une opération violente avec amputation, chirurgie réparatrice, difficultés inouïes pour déglutir, manger, boire, parler… et, par-delà ces douleurs peut-être plus facilement maîtrisables car physiques ( ?), le choc terrible de se (re)voir dans le miroir de la chambre d’hôpital, visage tuméfié, à tout jamais changé : Je est vraiment devenu Un autre. Alain Galan entreprend donc dans ce livre la quête de cet autre derrière lequel pourrait bien se dissimuler, tapi quelque part dans la mémoire génétique, un loup. Une recherche douloureuse, qui doit triompher de tous les obstacles, du grand froid qui parfois l’envahit, des hallucinations de la morphine, du désir d’en finir ou de sombrer dans la folie – il est aussi question de la maladie qui creusa littéralement la joue de Freud –, de s’échapper, de regagner des lisières illusoirement protectrices : celles des belles forêts limousines où, autrefois, sortaient les animaux « entre chien et loup ». Ces lisières qui sont comme des interfaces entre le monde des hommes et celui des animaux, entre le clair et l’obscur, entre archaïsme et modernité. Brocéliande n’est pas loin qui attire et menace de ses sortilèges. Dire le loup, c’est paradoxalement domestiquer le traumatisme et réapprendre à écrire. Son ami – oserais-je écrire notre ami ? – l’écrivain Luc de Goustine l’y aide discrètement en lui envoyant une figurine de saint François accompagné du loup de Gubbio – le fameux loup très féroce réduit par saint François à une très grande douceur. C’est dire si ce don est pertinent.
            Deviner le loup, sentir la sauvagerie – qui est peut-être une innocence primitive –, c’est donc aussi sentir en soi le besoin impérieux de l’écriture (cette passion dévorante, révoltée et révoltante). Retrouver ce goût, pour celui qui était déjà un bel écrivain, mais qui signe ici son plus beau livre, issu des lambeaux de chair et de vie. Un récit d’une grande force, d’une grande beauté, où l’humour trouve sa place réconfortante (il vaut mieux, face au corps médical !), où la poésie gagne insensiblement du terrain jusqu’à la page 118 qui se lit comme un poème : « … je me dérobe et, souffle court, cœur battant, je disparais dans le profond de l’enfance et des bois. » On attend d’autres récits du Lycanthrope. 



Jeudi 2 septembre 2010



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire