Le mardi à 18h05 sur 103.5

Le mardi à 18h05 sur 103.5

vendredi 21 décembre 2012

Je suis le vent du dramaturge Jon Fosse subtilement mis en scène par Michel Bruzat à Limoges



Le directeur du Théâtre de La Passerelle aime travailler les textes d’auteurs contemporains. Il adapte superbement le dramaturge norvégien avec deux comédiennes en permanence sur le fil de l’émotion.

            Jon Fosse est un grand écrivain, poète et dramaturge norvégien, âgé de 53 ans. Traduit en de nombreuses langues, connu dans le monde entier, ses textes ont été mis en scène par divers grands metteurs en scène. Je suis le vent est comme la quintessence de son œuvre : une économie de mots et de vocabulaire – ordinaire –, des situations simples en apparence, deux personnages dont on ne sait rien ou presque, qui n’ont même pas de nom (L’un, l’autre). Une volonté que « le langage signifie tour à tour une chose et son contraire et autre chose encore » et pourtant, un texte qui s’offre à de multiples interprétations. Le travail de Michel Bruzat est exceptionnel : il se concentre sur l’interprétation des deux excellentes comédiennes que sont Natalie Royer et Marie Thomas – ici, pas de décor : un simple banc suffit. Tout l’intérêt repose sur les voix, les souffles et les respirations, les regards, les corps et les silences. Car le metteur en scène donne à entendre – longuement – les silences qui ponctuent ce dialogue entre gêne et pudeur. Des silences prolongés qui donnent à voir et à réfléchir, une sobriété qui s’oppose aux multiples bruits, connexions et images qui polluent désormais notre quotidien. La poésie naît autant de ces silences que de la répétition de phrases en apparence banales.
            Les deux personnages se sont embarqués dans un bateau – l’un a sauté à l’eau (on le sait dès le début), l’autre, qui ne savait pas naviguer, n’a pas pu le sauver. Entretemps, il y aura eu cette tentative de partage, de la parole, de la vie, des émotions, d’un peu de nourriture et de schnaps. L’un et son mal être, ses fissures, son impression d’être lourd comme une pierre, l’autre essayant de le comprendre. L’un aimant être en mer et voulant aller toujours plus loin, même vers les vagues noires, même vers l’indicible, l’autre essayant tant bien que mal d’amarrer le bateau ou de tenir la barre. Le banc tient lieu de navire et rappelle par sa simple présence le vers de Prévert : le désespoir est assis sur un banc. Les lumières de Franck Roncière donnent une épaisseur et une vie tout en douceur aux personnages ; ses ombres semblent faire écho aux silences et projeter sur les planches la coque de l’esquif. Une main à plat sert de carte maritime où situer les possibles mouillages, improbable portulan.
            Bien sûr, le spectateur – suspendu à la simple parole et aux gestes à l’économie des comédiennes – peut choisir de n’entendre que le premier degré : la rencontre, le voyage, le plaisir d’être en mer (proche de l’ataraxie épicurienne), de chercher une crique accueillante, la frayeur d’être dans la houle déchaînée, l’émotion du basculement à l’eau. Reviennent à la mémoire des souvenirs comme ceux d’Eric Tabarly, d’Alain Colas (« Où es-tu Manu Manureva ? » comme le chantait Alain Chamfort sur des paroles de Gainsbourg), du Radeau de la Méduse ou bien encore de L’Odyssée. Naufrages subis, naufrages voulus, suicide, désir d’aller plus loin, « plonger au fond du gouffre pour y trouver du nouveau » écrivait Baudelaire qui savait que l’homme libre toujours chérissait la mer. Radicalité du départ, comme dans la mythologie des anciens celtes, lorsque les héros partent vers le Sidh, les îles de l’Autre Monde. Le spectateur peut aussi trouver ici une métaphore de la vie, de l’amitié, de l’amour.
            Sans doute pourrait-on trouver aux personnages de Jon Fosse une parenté avec les vagabonds Vladimir et Estragon de Beckett ; sans doute le dialogue ponctué de « oui » rappelle-t-il encore le monologue de Molly Bloom dans l’autre Ulysse ; sans doute même le texte fait-il songer à certains poètes ; mais il y a bien un style et une histoire propres à Jon Fosse, sur le fil. Et ce fil ténu, les deux comédiennes s’y maintiennent avec élégance et virtuosité, comme deux magnifiques funambules.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire