Le mardi à 18h05 sur 103.5

Le mardi à 18h05 sur 103.5

vendredi 21 décembre 2012

« Vertige de l’ombre » à Nexon Comme un enchantement…



Retour à Nexon, où des chapiteaux se dressent dans la douce campagne limousine estivale pour accueillir le festival La Route du Cirque concocté avec talent, curiosité et intelligence depuis plusieurs années par Marc Délhiat et Guiloui Karl. Il fait bon, ce vendredi 17 août 2007 à 21 heures : des gens se retrouvent, des enfants s’amusent sur l’herbe, on entend les sonorités de plusieurs langues, on croise des bobos de Limoges et d’ailleurs, des touristes et des visiteurs du coin. Un fils de cinq ans me tient la main et je retrouve avec lui toute la magie des perceptions de l’enfance. Dès que nous sommes installés sur les gradins, les uns contre les autres, nous savons n’aspirer qu’à une chose : l’émerveillement, la grande distraction première du monde si triste et décevant qui nous entoure parfois. Nous sommes aptes au plaisir simple que l’on saura nous donner – d’autant plus que le spectacle inaugural est proposé par la Compagnie Armance Brown et Bruno Krief, qui nous avait précédemment séduits avec Bambous de souffle ici même, quelques années auparavant.

            Il serait vain de faire ici une sorte de résumé des nombreux tableaux proposés dans « Vertige de l’ombre », tant ils sont riches et beaux, propres à nourrir notre imaginaire disponible. Il faut bien dire cependant que le spectacle vaut aussi par l’invention purement circassienne : de nouveaux agrès, par exemple, ont été conçus, pour enrichir les possibilités offertes aux artistes de créer des figures, des mouvements qui nous surprennent peut-être un peu plus, tout en utilisant au mieux la structure légère en acier tubulaire autour et sur laquelle ils se déplacent avec une extravagante facilité apparente. « Vertige de l’ombre » fut pour nous une longue rêverie cosmopolite, littéraire et musicale. Car cette compagnie aime mêler subtilement le cirque, les mots, entendus ou plutôt perçus et montrés – ici des extraits de la correspondance de Virginia Woolf – et la création musicale (créée et interprétée superbement par François Ousmane Glowinski et Fred Soul, oscillant entre jazz, classique et bossa et bien d’autres choses encore. « Vertige de l’ombre », bien sûr, éprouvé par le spectateur et peut-être même les artistes : trapèze et cerceau, corde, étranges structures… comme autant d’objets en apparence encombrants devenant pour des femmes aux allures de fées et des hommes musclés sortis des traditions médiévales ou extrême-orientale (des arts martiaux) de véritables supports pour diverses et précises prouesses. « Vertige de l’ombre », comme le vertige de l’amour chanté par Bashung, comme « plonger au fond du gouffre pour y trouver du nouveau », la phrase manifeste de Baudelaire. Car c’est bien ce que fait la Compagnie Armance Brown et Bruno Krief avec ce spectacle. Tradition séculaire et innovation, tableaux magiques comme issus de vieilles gravures sud-américaines ou espagnoles, feu de la passion qui brûle jusqu’aux éventails, projections qui nous rappellent la beauté étrange du cinéma muet, pointes de danseuses enchanteresses : « Vertige de l’ombre » est comme l’ouverture (suggérée sur scène) d’une malle au trésor rêvée depuis l’enfance, mais peut-être aussi d’une boîte de Pandore (celle de l’amour et de l’imaginaire conjointement ?).    

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire