Le mardi à 18h05 sur 103.5

Le mardi à 18h05 sur 103.5

jeudi 21 août 2014

Béatrice Castaner, Aÿmati, Serge Safran: l'un de mes coups de coeur de la rentrée 2014!



            Béatrice Castaner, née en 1961 à Limoges, est la secrétaire générale du festival des Francophonies en Limousin ; elle publie un premier roman chez Serge Safran et c’est une réussite. Il s’agit d’abord du portrait de trois femmes à travers le temps et même les millénaires : Aÿmati, une jeune femme néandertalienne d’il y a trente mille ans, Gabrielle, une archéologue d’aujourd’hui et Mära, dernière représentante de l’espèce sapiens. Une quatrième qui les accompagne intervient de temps à autre entre parenthèses : l’auteur elle-même.
            Béatrice Castaner, qui connaît bien la Préhistoire si l’on en croit ses remerciements en fin d’ouvrage, rejoint, dans sa première partie au moins, un genre littéraire bien établi, celui de la fiction préhistorique, qui compte des adeptes chez les écrivains et les lecteurs depuis au moins la célèbre Guerre du feu de J.H. Rosny aîné, publiée en feuilleton dès 1909. L’originalité du récit de Béatrice Castaner vient d’abord de son style, particulièrement poétique et même inventif dans la ponctuation, lorsqu’il s’agit du récit néandertalien ; d’ailleurs, le texte prend parfois la forme du poème et c’est bien ainsi car il s’agit de dire un temps très lointain, un  temps où l’on dessine sur les parois des grottes avec des morceaux de charbon de bois non taillé, un temps où le cheval de la paroi semble prêt à bondir dans la lumière ténue. Il s’agit de dire un temps où l’on découvre le plaisir de souffler dans un os long et blanc percé de petits trous. Béatrice Castaner invente des mots, des prénoms, des histoires et des contes, dit la nature essentielle, le froid, les éléments, la nourriture d’alors : viande séchée, quelques noix et pignons. Elle raconte l’éparpillement puis l’extinction possible d’une espèce avec la disparition de deux femmes : Jy et Aÿmati – celle-ci revenant seule vers sa terre natale dans une longue marche qui la conduit jusqu’à son dernier souffle. Tout au long du voyage, elle sculpte des figurines d’ivoire avec des pointes de silex.
            C’est l’une d’elle que retrouve Gabrielle, archéologue, le personnage de la deuxième partie, dont le style alterne entre le récit et les extraits de carnets de fouilles. « J’aime fouiller, gratter, déterrer, mettre au jour, à la lumière, les traces de nos passés », dit-elle : le travail de l’archéologue, certes, de l’historien, mais aussi parfois celui de l’écrivain. La préhistorienne est convaincue que les néandertaliens sont des êtres d’une grande richesse culturelle et avec son personnage comme avec celui d’Aÿmati, Béatrice Castaner évoque la bouleversante naissance de l’art. Et cette évidence : l’homme moderne n’en est pas l’inventeur. Sur les traces de Pic de la Mirandole ou de Pascal, l’archéologue comme l’écrivain s’interrogent sur la place de l’être humain dans l’univers, dans l’infini, mais plus encore sur notre planète que l’homme moderne semble s’acharner à vouloir détruire.
            Une destruction qui prend la forme métaphorique d’une épidémie provoquant une exsudation frappant les êtres humains au milieu du 21ème siècle et les faisant progressivement tous mourir, après qu’ils s’en soient pris aux derniers primates vivant sur la terre. Car Béatrice Castaner qui réfléchit sur ce qui précède ou frôle l’humain, écrit aussi sur les bonobos, si proches génétiquement des humains – ce qui se lit même dans la profondeur d’un échange de regards entre l’homme et celui qui est bien plus que l’animal que l’on croit. C’est ce qu’évoque sa dernière partie qui met en scène Mära, dernière représentante de la race sapiens bientôt mourante comme le fut des millénaires plus tôt Aÿmati.
            Parfois, dans le beau et dense roman de Béatrice Castaner, les rêves se répondent, les êtres entrent en correspondances à travers les temps, parfois, des dessins dans la cendre ou ceux des enfants sont des réminiscences. Des témoins fugaces que l’on se passe. Avant la catastrophe annoncée.
            Enfin, le livre est aussi une manière de réfléchir au thème de la disparition, de la mort – l’archéologue étant elle-même victime d’une leucémie –, de l’apprivoiser, peut-être, par la littérature et la poésie.
            L’écrivain dédie son livre à Bénit Pascal Pandian, jeune conteur centrafricain disparu en mai 2013 et cet hommage contribue à rappeler qu’elle-même, avec Aÿmati, est une conteuse sur papier de grand talent ; elle le dédie aussi à Mara Negron, universitaire et écrivaine portoricaine, elle-même disparue, docteure en études féminines, et cet autre hommage donne l’occasion de dire combien Béatrice Castaner brosse ici les portraits de trois belles femmes, de belles âmes – comme la sienne.

            Jeudi 21 août 2014.